dimanche 16 septembre 2012

Le déchronologue de Stéphane Beauverger

Je suis le capitaine Henri Villon et je mourrai bientôt.
Non, ne ricanez pas en lisant cette sentencieuse présentation. N'est-ce pas l'ultime privilège d'un condamné d'annoncer son trépas comme il l'entend ? C'est mon droit. Et si vous ne me l'accordez pas, alors disons que je le prends. Quant à celles et ceux qui liront mon récit jusqu'au bout, j'espère qu'ils sauront pardonner un peu de mon impertinence et à l'instant de refermer ces chroniques, m'accorder leur indulgence.

Ainsi démarre le Déchronologue, en 1653, à bord de son fabuleux vaisseaux où le capitaine écrit ses derniers mots. Alors en premier lieu j'ai envie de lui dire : "Oui capitaine, j'ai lu votre récit jusqu'au bout et oui je vous pardonne votre impertinence (et dieu sait si vous l'êtes ) et je vous accorde mon indulgence".

Pas facile pourtant de suivre ce récit intemporel ... pour la bonne raison que ces chroniques sont rédigées dans n'importe quel ordre.
Chapitre 1 :  1640 Port Magot
Chapitre 16 : 1646 Océan Atlantique
Chapitre 17 : 1646 Océan Atlantique
Chapitre 6 : 1640 Carthagène des Indes
Chapitre 2 : 1640 Océan Atlantique
Etc ......

Voilà qui fait tout le charme de ce récit dont le rythme est haletant, sans temps mort, dont le capitaine Villon, avec son langage cru et sa gouaille, tient le premier rôle avec force et honneur.
Evidement à moins d'avoir une mémoire extraordinaire, il est impossible de suivre le récit sans prise de notes, enfin ce fut de toute façon mon cas, ce qui a considérablement ralenti ma lecture mais m'a permis de la suivre sans me décourager et avec un réel plaisir. Car c'est réellement un roman qui prend aux tripes, c'est vivant, c'est prenant, cela mélange de la SF avec l'histoire des flibustiers, pirates, corsaires et autres sous Louis XIII, les combats navals avec les burbujas (sortes de montgolfières géantes).

J'aurais pu lire ces chapitres dans l'ordre mais pour moi cela aurait perdu tout son charme, surtout que tout est fait pour que les révélations et les explications sur les évènements et personnages, sur certaines retrouvailles, apparaissent en fin de livre, même si cela mêle plusieurs années.
Comment résumer le Déchronologue ? Une chasse aux merveilles, les maravillas, qui conduit le capitaine Villon à un combat d'un autre temps ? Une distorsion du temps qui conduit son équipage à combattre Alexandre le Grand ? Une aventure maritime à échelle temporelle ? Une guerre menée sans merci contre les Espagnols et la reconquête de leurs possessions par des peuples du futur ?

En fait je me rends compte qu'aucun résumé ne rendra compte de ce roman atypique, alors je préfère laisser le soin aux lecteurs de découvrir par eux-même.
Pour ma part, j'ai accroché, à la fois au style d'écriture de Beauverger, au caractère entier, brutal et sans limites du capitaine Villon, à cette distorsion du temps qui entraîne immanquablement celle du cerveau, à cette entrée dans une époque que je connais très peu qui se passe dans les mers de Caraïbes, au milieu de corsaires et de pirates, et de combats navals.
Et il y a les bateaux .... ces fabuleux voiliers, le Chronos puis le fameux Déchronologue, qui n'est jamais vraiment décrit mais que l'on imagine sans peine grâce à la fabuleuse couverture des Editions la Volte (j'ai du la contempler une centaine de fois au cours de ma lecture, rien que pour revoir ce voilier). Je ne suis pas objective bien sûr ces frégates, brigantins des temps anciens me fascinent depuis de nombreuses années.

En conclusion un livre vraiment génial et original. A lire absolument. Je vais certainement lire d'autres romans de cet auteur.

Extrait
Marées hautes et basses alternaient si vite que l'estran palpitait, suintant et sec, liquide et sableux, gorgé de poissons scintillants qui mourraient et baignaient comme nous tous dans ses vertes lueurs. C'était Génésareth. C'était le Tartare. C'était l'union impie de Téthys et de Chronos "Tous à la côte", hurlai-je à l'infini, mais ma voix se noyait dans le sablier brisé du temps. Des êtres se pouvaient autour de nous, gluants et glacés, arachés à leur époque pour s'échouer dans les filets des Clampin. Oh, la pêche infâme ! Oh, l'ignoble saignée des siècles !

Ailleurs

16 commentaires:

  1. Réponses
    1. Ah je te rajoute à mon billet et je vais voir le tien de suite ^^

      Supprimer
  2. Il est vraiment intrigant ce bouquin. Un jour je le lirai.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quoi, tu ne l'as pas encore lu, mais c'est une honte :D

      Supprimer
  3. Un grand coup de coeur pour moi !
    http://www.lorhkan.com/2011/06/17/le-dechronologue-de-stephane-beauverger/
    Et la toute première chronique de mon blog, c'est pas rien ! ;)

    RépondreSupprimer
  4. Pareil que Lilly, un jour je le lirais celui-là !

    RépondreSupprimer
  5. L'ayant lu en vacances et sur à peine 36 heures, je n'ai pas eu de difficulté à le lire.
    Par contre, lire les chapitres dans l'ordre chronologique n'apporte rien de plus clair, les personnages étant décrit suivant l'ordre de lecture normale et non l'ordre chronologique d'après une interview de l'auteur.
    Sinon j'en garde en effet un très bon souvenir.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. De toute façon je trouve dommage à la rigueur de lire ce livre dans un ordre chronologique alors qu'il a été écrit autrement, autant respecter le souhait de l'auteur ^^

      Supprimer
  6. Un classique, une claque, un bonheur. J'adore ce livre. Mais tant qu'à le lire, lisons-le de A à Z, dans sa déchronologie. Car s'il faut le lire dans l'ordre chronologique il faut renommer ce livre en "Chronologue" et cela aurait moins d'intérêt au niveau de la construction narrative! Bref un livre avec une plume merveilleuse, une construction géniale, et une histoire fantastique! Que du bonheur!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui tout à fait pour l'ordre chronologique et puis le Chronologue, cela sonne moins bien :p
      De rien pour le lien ^^

      Supprimer
  7. Tu as pris des notes lors de ta lecture alors ?

    J'arrive pas à prendre des notes personnellement, car quand je suis lancée dans ma lecture, rien ne m'arrête et j'aime pas poser mon livre, prendre un stylo et noter des petites choses ^^

    Sinon, ton article décrit tout à fait ce que j'ai ressenti lors de cette lecture :) Je vais rajouter ton article au mien (et pareil pour celui de L'école est finie d'ailleurs !).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui oui j'ai pris des notes, je m'efforce de le faire de temps en temps lorsque je lis un livre même si comme toi je n'aime pas trop, car cela me coupe dans la lecture. Avec le Déchronologue, difficile de faire autrement pour moi, lol

      Merci pour les liens :)

      Supprimer