vendredi 19 octobre 2012

La Ballade de Pern : La dame au dragon Intégrale II de Mc Caffrey

Les habitants de Pern se pressent au Fort de Ruatha pour célébrer l'intronisation d'Alessan, son jeune Seigneur. Moreta, Dame du Weyr de Fort, passionnée de courses (ce sont des coureurs, une race adaptée de celle des chevaux d'antan), est de la fête. Le Passage des Fils doit se terminer dans 8 révolutions, les gens recommencent à faire des projets d'avenir et à se montrer plus sereins.

Hélas une épidémie frappe de plein fouet le monde de Pern : animaux et humains meurent en quelques heures ou quelques jours et les Chevaliers Dragons ne sont pas épargnés alors que les Fils continuent à tomber à intervalles réguliers. Moreta et sa reine Orlith se mobilisent pour la survie de leur peuple .... peut être au détriment d'elles-mêmes ?

Ce coup ci, on est parti pour un gigantesque bond dans le passé de Pern : tous les Weyr sont actifs et bien remplis de chevaliers et leurs montures ailées, le Continent Méridional est encore inexploré et assimilé à un monde dangereux, les Chevaliers savent jouer avec le temps (remonter le passé et même se projeter dans l'avenir). On doit entrer dans une histoire dont on ne connait plus du tout les protagonistes, pour moi cela a été un peu difficile, il faut dire aussi que les noms choisis pour les chevaliers sont tout de même assez alambiqués : K'dren, S'ligar, F'gal, L'bol .... on finit par se mélanger les pinceaux.
Heureusement ceux de leurs dragons sont un peu plus faciles à retenir. On en apprend d'ailleurs un peu plus sur ces créatures, déjà qu'elles furent créées génétiquement, ensuite on assiste à de véritables cours de zoologie concernant leur santé et comment soigner leurs blessures.

J'ai eu du mal aussi à entrer dans le récit parce qu'il peine un peu à démarrer et j'avoue que l'attirance entre Moreta- Alessan a un côté midinette qui m'a prodigieusement agacée. Certes le côté gentillet de la Ballade de Pern n'est plus à prouver et reste très supportable mais là sur ce genre de sentiments très adolescents, j'y ai vu certaines limites.

Malgré tout, lorsque l'épidémie éclate, le récit prend une tournure enfin active et tout à fait intéressante, même s'il ne s'agit que d'une banale épidémie de grippe (pas si banale puisque même à l'heure actuelle, on peut encore en mourir), elle risque de décimer la population entière et se montre aussi virulente que la Peste Noire des années sombres du Moyen Age. 
Il est étrange d'ailleurs de constater que malgré une colonisation de Pern, par des gens très évolués, cette planète reste très moyenâgeuse avec des techniques anciennes (la façon de faire le vaccin en inventant une sorte de centrifugeuse manuelle, l'administration de ce vaccin ...) et des moeurs sociétales de l'an mille : mariages arrangés (même dans les Weyr, comme ce sont les dragons de bronze les plus forts qui ont le privilège de s'accoupler avec la reine, il n'est pas évident que le couple humain fonctionne, c'est le cas pour Moreta et son chef de Weys : Sh'gall),  imposition etc ....

Le récit est au final prenant et la fin plus qu'émouvante. Etrange comme les sentiments passant à travers leurs dragons, peuvent revêtir un aspect dramatique et poignant pour le lecteur. Cela reste l'aspect que je continue à apprécie le plus dans cette Ballade de Pern :  cette proximité et symbiose entre les Chevaliers et leurs dragons,  le fait qu'ils ne puissent vivre les uns sans les autres.
J'ai beaucoup aimé aussi les scènes de combat contre les Fils et le quatuor Moreta-Orlith et Leri- Holth. Ce sont vraiment les véritables héroïnes de cette histoire.

Un nouvel épisode de la saga de Mc Caffrey qui, sans être au niveau des premiers tomes, est très agréable à lire. La suite sera avec Histoire de Nelrika.

Extraits
"Quand frappe la malheur, l'homme dénué d'imagination et d'intelligence regarde autour de lui, cherchant à attribuer le blâme à un autre ; l'homme résolu accepte l'infortune et s'efforce de survivre, de mûrir et de s'améliorer."

"Les voilà ! De nouveau, Moreta regarda derrière elle et vit comme un brouillard argenté dans le ciel, un frémissement flou tombant inexorablement vers le sol. Les Fils !
Le front de Chute ! A puissants coups d'ailes, Orlith partit à la rencontre de la pluie dévastatrice."

Ailleurs
Vert  ...

8 commentaires:

  1. J'adore ce tome-ci.... Il est différent des autres, on trouve une héroïne qui n'est plus une adolescente, et ça fait du bien. La fin me met systématiquement les larmes aux yeux.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui j'avoue, j'ai été choquée et peinée, émotion en direct !

      Supprimer
  2. Après tu peux t'amuser à relire le récit de la Ballade de Moreta qui est donné dans La chanteuse dragon (je crois), c'est rigolo de voir le décalage :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui je le ferai, car figure toi que j'ai même pas percuté en lisant !

      Supprimer
  3. Un de ceux qui m'avait laissé un bon souvenir, je dois le relire prochainement mais j'avoue que tu me refroidi quelque peu.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh si on fait abstraction sur côté midinette de la relation de Moreta - Alessan, cela passe très bien quand même ^^
      Après j'ai peut être moins aimé parce qu'il ne s'agissait plus des personnages habituels.
      J'ai hâte d'avoir ton avis lorsque tu l'auras relu ^^

      Supprimer
  4. (Bon, je zappe tes articles sur la ballade de Pern hein, mais je me rattraperai quand je les aurai lus ! D'ailleurs, je pense lire La quête du dragon après le tome 8 de A comme Association :P)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah chouette, j'espère que cela te plaira :)

      Supprimer