jeudi 21 juin 2012

Le monde perdu de Michael Crichton

Six années ont passé depuis la tragédie du projet Jurassic Park. Ce dernier a été détruit et avec lui les dinosaures qui avaient échappé à tout contrôle, éradiqués. Et pourtant le professeur Lévine a vent de phénomènes étranges, de présence d'animaux ne rentrant pas dans le cadre des espèces reconnues, dans les mêmes environs. Il décide de mener l'enquête avec l'aide de Ian Malcolm, le mathématicien miraculeusement réchappé de Jurassic Park (et le miraculeusement prend là tout son sens ...) ...

Existerait-il encore des dinosaures qui auraient survécu sans intervention humaine ? Livrés à eux-même sur une île, un monde perdu  ? Le cauchemar va-t-il recommencer ?

Michael Crichton signe là sa suite de Jurassic Park, roman thriller que j'avais trouvé extrêmement bien ficelé et relativement terrifiant .... Je serai largement plus mitigée sur Le monde perdu.
En premier lieu, ce n'est pas pour rien que je soulignais le côté miraculé du fameux mathématicien Malcolm .... mort à la fin du premier opus, il est là et bien vivant lors du second ... Alors là je dis mince, c'est quoi ce délire ? Crichton est-il incapable à ce point de faire mourir ses personnages qu'il les ressuscite ? Ou est-ce qu'il avait besoin absolument de ce personnage et qu'il s'est permis de le faire revivre ? Comme ça ? En espérant que les lecteurs n'y verraient que du feu ?
Un procédé que j'ai trouvé relativement déloyal.

Bon passons ... Le monde perdu donc .... Autant le premier tome m'avait semblé effrayant, jouant sur la surprise et la terreur, autant le second est beaucoup plus soft ... En fait on n'appréhende plus du tout de la même manière les évènements.
Déjà parce qu'il n'y a plus ce phénomène de nouveauté et de passages sursauts lorsqu'un T Rex surgit d'un rideau d'eau ou du couvert des arbres, on sait tout à fait à quoi s'attendre du coup l'aspect peur est partiellement gommé  et ensuite parce que le monde perdu est plus une analyse du comportement et des moeurs de ces animaux rendus à la liberté qu'un réel thriller.
Du coup, on les perçoit totalement différemment. Par exemple le comportement social et parental des tyrannosaures nous les fait apparaître bien moins effrayants en liberté totale qu'alors enfermés derrière un enclos ; c'est qu'on se fixe beaucoup plus sur leur façon de se comporter que sur leur aspect dangereux. En résumé ce ne sont plus les monstres sanguinaires qui cherchent à tout bouffer, ils paraitraient presque attendrissants dans leur manière de s'occuper de leurs petits.

On a même le droit à de grands passages sur les théories de l'évolution et de l'adaptation des animaux à leur environnement et finalement c'est plutôt intéressant, en y mêlant le mystère de certains points, comme le fait que ces animaux ne semblent pas atteindre leur taille adulte ou que le nombre de prédateurs est largement trop élevé par rapport à leurs proies.
C'est l'aspect positif du livre.

En ce qui concerne le reste ... les personnages en premier lieu. Comme dans le premier tome, on a le droit au personnage largement antipathique par son côté imbu de lui-même, voire même un peu crétin, en la personne de Lévine ;  aux enfants : un garçon et une fille pour faire bonne mesure ; sauf que cette fois-ci c'est la fille qui est dégourdie et le garçon bien moins (c'était le contraire dans Jurassic Park) ; il faut évidement que l'un des deux soit surdoué en informatique ; on a aussi un scientifique en la personne de Malcolm, une biologiste (le personnage le plus intéressant et le plus débrouillard du récit, chouette c'est une femme !) en la personne de Sarah. Et à une équipe de "méchants profiteurs" qui partent pour une chasse aux oeufs à travers l'île. Et c'est bien sûr à cause d'eux que les ennuis vont commencer.
Ensuite l'histoire en elle-même ... qui se lit extrêmement bien, une fois dedans, il est vrai qu'on a du mal à décrocher, c'est prenant, le récit n'a pas de lenteur, on a le droit même à une bonne dose d'adrénaline avec nos fameux T Rex ... mais pour autant c'est largement en-dessous du premier livre. Encore une fois, plus de nouveauté et des personnages qui ressemblent trop aux premiers, sont trop linéaires et trop caricaturaux.

Et enfin il existe des incohérences entre les deux tomes qui m'ont fortement gênées, déjà sur les capacités de prédation des dinosaures qui se sont apparemment totalement modifiées :

Extrait de Jurassic Park
" Il était si près de la gueule du tyrannosaure qu'il percevait la puanteur de la viande en décomposition, l'odeur douceâtre du sang, l'haleine écoeurante du carnivore.
Il se raidit, attendant l'inéluctable. La tête colossale le frôla et s'avança vers l'arrière de la voiture. Grant ferma les yeux et les rouvrit. Que s'était-il passe ? Etait-il possible que le tyrannosaure ne l'est pas vu ?
[...] Cette fois-ci, elle s'immobilisa à quelques centimètres de son visage ; il vit les narines noires dilatées, il sentit l'haleine brûlante sur sa peau. Mais le tyrannosaure ne flairait pas comme un chien. Il respirait simplement et paraissait très perplexe. Ainsi, s'il restait parfaitement immobile, le tyrannosaure ne le voyait pas..."

Extrait du Monde perdu
"Le tyrannosaure était maintenant tout près. Dodgson perçut l'haleine fétide du carnivore. L'animal rugit ; il sentit son souffle brûlant .... [...] Baselton se tenait raide comme un piquet. Le tyrannosaure baissa son énorme tête. Il renifla. Il releva la tête, l'air indécis.
"Il ne le voit vraiment pas" se dit Dodgson.
Le dinosaure lança un cri féroce. Baselton parvint à conserver son immobilité. [...] Puis le tyrannosaure poussa légèrement Baselton du bout du museau. Dodgson comprit à cet instant que l'animal voyait..."

Et voilà comment, de la même manière que pour la mort et la vie de Malcolm,  Crichton nous ressert la même chose, sur un comportement des dinosaures ... au gré de ses intérêts littéraires je suppose.
Pire il remet même complètement en question la thèse d'un certain Roxton qui prétendait que les dinosaures avaient un cerveau de grenouille, exactement ce que soutenait Grant dans Jurassic Park. En gros l'auteur fait comme cela l'arrange.
De la même manière, les raptors qui apparaissaient comme des animaux féroces mais extrêmement intelligents dans Jurassic Park sont devenus juste méchants, voire même un peu idiots, ridicules et sales dans Le Monde perdu.

Toutes ces incohérences font en définitive qu'on ne prend rien au sérieux. C'est dommage.
Après on peut discuter aussi du comportement inventé des dinosaures, comme les T Rex, capables de suive la piste de leur petit enlevé à des kilomètres de distance (enlevé qui plus est à bord d'un véhicule motorisé) et qui s'attaquent ensuite à ses prédateurs après l'avoir mis au préalable en sécurité ... une attaque avec un tel acharnement qu'on se demande s'ils ne sont pas un peu humains. Bref encore des petits points qui me font conclure que malgré le récit qui tient la route, qui s'aborde très facilement, sans ennui, Le Monde perdu n'arrive pas à la cheville de Jurassic Park, voire même serait, de ce point de vue, tout à fait mauvais.

Livre lu avec Tigger Lilly dont l'avis est ici.





15 commentaires:

  1. Ca me pertube que ce roman ait le même titre qu'une histoire d'Arthur Conan Doyle où il y a aussi des dinosaures xD

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui j'ai vu qu'il existait aussi le même titre pour un autre auteur, c'est Crichton qui a copié non ? :p

      Supprimer
    2. Yep c'est complètement volontaire, surtout que y'a des dinosaures aussi chez Arthur Conan Doyle (c'est sans doute ce qui me perturbe en fait xD)

      Supprimer
    3. Après je ne connais pas du tout l'autre livre. Tu l'as lu ?

      Supprimer
    4. J'ai jamais eu l'occasion non ^^.

      Supprimer
  2. La grâce perdue entre le premier et le deuxième? Tu confirmes ce que je viens de lire chez Tigger Lilly, je suis contente de ne pas l'avoir lu (et ne le lirai certainement jamais). Comme quoi...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui tout à fait, la grâce perdue. Dommage car le premier valait vraiment le coup, on ne peut pas être parfait à chaque fois lol
      Merci de ton passage :)

      Supprimer
  3. C'était donc vrai qu'il parlait du coup de l'immobilité dans le bouquin. C'est fou j'avais le souvenir de m'être fait la réflexion que c'était justement une différence entre le film et le livre.

    Malgré tout ça, je me suis quand même bien amusé en le lisant et je le range dans la catégorie "honorable divertissement".

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui oui c'était vrai, cela m'a tellement frappée en le lisant que forcément j'ai fait le lien avec le premier tome qui était en contradiction totale.
      Après oui c'est un honorable divertissement, c'est vrai que je l'ai lu très vite et sans ennui mais je ne pardonne pas à un auteur de changer les donnes pour l'arranger, xD

      Supprimer
  4. Que de souvenirs ! Je l'avais lu à sa parution en VF, cela remonte à longtemps !

    RépondreSupprimer
  5. Au vu du titre, je pensais ne pas l'avoir lu mais au vu de ta chronique les souvenirs reviennent. Ha ! C'est celui ci...

    Je partage ton avis, un beau navet...

    Par contre, je garde un très bon souvenir du roman de Conan Doyle.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai pas lu le roman de Doyle, un jour peut être j'espère.
      Quant au Monde Perdu, c'est sûr que je ne fais pas en garder grand souvenir.

      Supprimer
  6. Mouaif, pas du tout tentée ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui passe ton tour, comme dit Efelle c'est un navet lol

      Supprimer