vendredi 28 novembre 2014

PiXel noir de Jeanne A Debats

"Pixel est un adolescent solitaire et un crack en informatique. Après un grave accident, son esprit est plongé dans un Virtuel de Repos tandis que son corps est aux mains des médecins. Ce Virtuel est censé prendre la forme d'un campus universitaire dans lequel évoluent les avatars des malades mais à son arrivée, Pixel découvre un monde sans adultes, sous la coupe d'un ado avide de pouvoir. Et ce n'est pas tout : l'environnement se détraque, il neige en plein été, les journées s'allongent démesurément .... Le Virtuel de Repos est en proie à un bug qui risque d'entraîner leur vraie mort à tous ...."

En matière de littérature de Young adulte, j'ai la sensation que l'on s'expose encore plus à des déceptions qu'en littérature jeunesse pure, peut-être parce que cette période d'adolescence nous est plus proche et que nous nous en souvenons souvent parfaitement .... Du coup il est plus difficile d'être satisfait .... Si je prends Hunger Games par exemple, si le premier tome était relativement prenant, les suites étaient plutôt décevantes, idem pour la série Leviathan de Scott WESTERFIELD. Souvent pour la raison que même si les romans sont bons ou pas trop mauvais, les fins finissent souvent par des Happy end qui restent fort agaçantes et du coup c'est difficile de trouver de la bonne littérature dans cette tranche d'âge.

Heureusement pour le roman de Jeanne A DEBATS il n'en est rien, ce n'est probablement pas pour rien qu'il a gagné le Prix Jeunesse aux Utopiales 2014, j'aurais été navrée d'ailleurs de ne pas le trouver à mon goût car décidément j'aime beaucoup l'auteure, sa façon d'être et de ne surtout pas mâcher ses mots (j'ai particulièrement apprécié ses réparties lors de la conférence sur L'âge de raison aux Utos).

Bon bref, revenons à ce roman qui n'est pas sans faire penser à Sa Majesté des mouches de William GOLDING (un livre terrible lu il y a plusieurs années et que du coup cela m'a donné envie de relire), cette sombre histoire qui se passe sur un île entre enfants abandonnés qui font leur loi ..... D'ailleurs clin d'oeil au roman, c'est précisément celui-ci qui est glissé dans les bagages du jeune Pixel lorsqu'il est projeté dans ce monde virtuel.
Pixel est donc un adolescent rebelle, qui vit mal le divorce de ses parents et qui surtout a du mal à accepter la façon de vivre de sa mère qui est une informaticienne de renom, début somme tout assez classique du jeune qui est en désaccord avec tout, fugue de ses collèges ou accumule les bêtises. Ensuite, suite à un grave accident, il est plongé dans une sorte de coma artificiel, dans un cocon protecteur qui le soustrait des souffrances occasionnées par ses futurs traitements en vue de sa guérison, et projeté dans un monde virtuel qui à la base doit être un bis répétita de ce qu'exècre justement Pixel : un campus universitaire avec des professeurs, des cours et surtout des limites.
Or, à peine projeté dans ce monde,  il se rend compte que quelque chose a buggé, en effet rien ne subsiste du climat serein d'étudiants plongés dans leurs études ... Au contraire le climat est détérioré, les bâtiments sont en ruine et surtout un adolescent despotique a fait en sorte de régner en maître, réduisant les filles en esclavage et les garçons en adorateurs ... jouant sur la terreur et sa supériorité en informatique.
Sauf que cette supériorité, devant un jeune geek, tel que Pixel, est réduite à néant ....

Bien écrit, bien rythmé, le roman de Jeanne A Debats nous entraine dans un récit de quête à la recherche de la Backdoor qui leur permettra de s'en sortir ....Mais pas que .... en effet l'auteure aborde au travers l'aventure de son jeune personnage (et de ses deux amis : Solfé et Sam) des sujets plus graves, comme l'accident mortel, la perte brutale de jeunes êtres ou l'homosexualité, mais aussi le despotisme et la prise de pouvoir par la terreur, et c'est tout cela qui fait l'intérêt de ce roman. Les personnages sont attachants et crédibles, la fin n'est pas mièvre, au contraire, elle a la qualité de nous prendre au dépourvu et de nous toucher.

L'autre aspect très intéressant du roman réside dans la façon dont des enfants ou des adolescents vivent ensemble lorsqu'il n'y a plus d'adultes, mais surtout plus de règles, plus de limites pour les contrôler et qui versent dans un monde sans foi ni loi ..... sous la coupelle du plus fort. Il est ainsi dans les sociétés animales évoluées, c'est l'exact miroir dans les sociétés d'individus livrés à eux-même : fatalement, pour structurer une nouvelle société, il faut un Chef .... mais comment sera-t-il ? juste ? loyal ? ou injuste et cruel ?
Est-il possible que des groupes de jeunes livrés à eux-même parviennent à une cohésion et un monde de morale et de justice ? Verne dans "Deux ans de vacances" nous en avait présentée une ... mais dans la plupart des livres, c'est plutôt le règne d'un despote .... Ce qui ne concerne pas seulement les enfants ou adolescents .. Combien de romans présente un récit post-apocalytique dans lequel, les gouvernements effondrés, les habitudes primitives reviennent au galop ? Combien de guerres où le viol, le vol, la terreur, les pillages sont re rigueur une fois la bataille passée ou la limite moins imposée ?
Le roman de Debats ne fait pas illusion ....Damon, l'adolescent régnant sur son petit monde de façon très injuste, ne fait pas exception à la règle qui dit que lorsqu'il n'y a plus de loi, c'est celle du plus fort qui gagne et créé ainsi un monde despotique.

En tout cas un roman méritant ....(oserai-je employer ce mot que Jeanne A Debats déteste particulièrement, juste comme clin d'oeil ? car je ne l'écris jamais dans mes billets ^^) .... Un vraiment bon roman pour adolescents, qui de plus prend vie dans un monde qu'ils connaissent bien, celui de la virtualité. Je le recommande et il a bien mérité son Prix.
Oui la bonne littérature jeunesse existe et ce livre le prouve !

Ailleurs
Traqueur Stellaire ; Blog O Livre ....

Ce livre entre dans le Challenge SFFF Féminin de Tigger Lilly
 

2 commentaires:

  1. Il est sur ma PàL depuis les utos, je pense qu'il ne va pas y rester longtemps !! :)

    RépondreSupprimer
  2. Je vais noter la référence, histoire de voir s'il est à la bibliothèque.

    RépondreSupprimer