dimanche 5 février 2012

Transparences d'Ayerdhal

Lorsque Stephen Bellanger, québécois d'origine et criminologue, s'installe à Lyon pour travailler pour Interpol et découvre le fameux dossier Ann X, il ne se doute pas que celui-ci va l'entraîner durant plus de trois ans derrière une insaisissable jeune femme qui aurait tué plus de 1 000 personnes .... 
Un dossier qui intéresse aussi fortement d'autres services, comme le FBI, le CIA et la NSA .... Car le dossier Ann X comporte trop d'ombres et  de vides pour ne pas susciter des interrogations qui vont conduire le criminologue jusqu'au bout d'un parcours qu'il n'aurait jamais cru être capable d'accomplir.

Ann X avait 12 ans lorsqu'elle a tué à coups de sabre ses parents et un couple d'amis lors d'un dîner ....  et depuis l'adolescence puis la jeune femme se révèle insaisissable ayant développé d'étranges dons de .... caméléons et de transparences ....

"De la même façon, tu disposes de milliers de témoignages qui t'ont amené à le qualifier de transparence, mais tu t'obstines à l'imaginer faite de traits et de formes, d'empreintes, de couleurs, de silhouette, d'ombre, d'allure, de ... de particularités qui feraient d'elle un être unique, identifiable ou tout simplement visible. Si elle se plantait en face de toi, qu'elle te regardait droit dans les yeux, tu ne la reconnaitrais pas. Tu ne la verrais peut-être même pas."

Je commencerai par le plus incroyable de ce roman .. le fait d'avoir fait durer une enquête tout au long de 603 pages, une enquête minutieuse, troublante à la fois pleine de rebondissements mais aussi d'une lenteur presque mortelle ... sans ennuyer aucunement le lecteur ... Enfin pour ma part en tous les cas.

Car au delà des méandres de cette obscur dossier et des implications de services divers et de questions récurrents : est- ce qu'on se sert d'Ann pour accomplir telle et telle disparition de personnes gênantes  ou agit-elle par elle-même ? est-elle protégée en réalité par quelques instances gouvernementales ou cherche-t-on à la mettre hors de nuire ? qu'est- ce qui l'anime : vengeance, prédation, combat pour certains droits en punissant les "méchants" ? (autrement dit les violeurs et autres coupables d'exactions) .... Tue-t-elle parce qu'elle est sociopathe ou parce qu'elle ressent de la compassion pour certaines personnes ? ......  ce sont les personnages eux même qui fascinent ...

En commençant par la criminelle elle-même attachante et effrayante à la fois avec un côté impitoyable dans la tuerie mais une part d'enfance qui ne meurt jamais, une sensibilité malgré son côté implacable et une volonté aussi de ne plus faire le mal .... Ann sait se rendre invisible aux yeux de tous mais se montre telle qu'elle est à celui qu'elle se choisit, elle en parait d'autant plus terrifiante ....

Surtout aux yeux de Stephen qui au fil des années, va développer une certaine proximité avec elle, un rapprochement même qu'il n'a pas voulu car il va en être son jouet en quelque sorte .... Un personnage troublant qu'est ce Stephen, au préalable un bel homme plutôt égoïste et renfermé sur lui-même, n'ayant pour seul et unique ami un SDF, mais un homme qui peu à peu change, troublé par Ann pour qui il ressent à la fois peur, fascination et respect ainsi qu'attirance ..... qui en devient fragile et du coup beaucoup plus humain.

Et enfin Michel l'ami sans abri, qui à sa façon est celui qui portera Stephen durant ces trois ans, le soutenant lorsqu'il va mal, l'aidant à avancer et qui en même temps va se réinsérer peu à peu dans une société dans laquelle il a souhaité aussi se rendre transparent. Et qui va développer une certaine proximité avec Ann. Uun grand personnage que ce Michel.

Une grande part de l'intérêt de se livre réside dans ces amitiés atypiques mais aussi dans les points communs que tous ces personnages vont développer malgré eux ....
L'autre réside dans un véritable passage au crible de la société dans tout ce qu'elle comporte comme vices, manipulations, indifférence ...
La notion d'invisibilité d'Ann qui est celle de milliers de personnes en souffrance dans la rue que personne ne voit plus ... Les réelles raisons des meurtres d'Ann qui s'apparentent à une sorte de Zorro qui défendrait l'opprimé ou l'orphelin ... selon sa propre perception des choses .... Qui lui reprocherait de s'en prendre à un criminel, un maltraitant d'enfant ou à un violeur ? et pourtant qui lui donne le droit de faire SA loi ?

Comme elle le dit si bien
"J'espère que tu sais te situer tout seul face aux assassinats collectifs que sont les guerres, ou aux meurtres tout aussi collectifs qui découlent de l'exploitation de l'homme par son frère. La malnutrition, l'absence de précautions sanitaires, la pollution, l'inaccessibilité des médicaments ou de l'énergie, l'épuisement par les carences ... [...] Les uns sont des meurtriers, les autres sont coupables d'homicide par négligence. Ils font  beaucoup plus de morts que tous les criminels réunis."

En tous les cas un roman qui ne laisse pas indifférent, qui n'est pas toujours facile à lire (merci à X Files de m'avoir donné une certaine habitude des manipulations gouvernementales et une certaine approche de l'espionnage et des agences américaines, lol), mais pour ma part qui m'a vraiment beaucoup plu.
C'était le tout premier que je lisais de cet auteur, j'ai envie d'en découvrir d'autres.

Ce livre a obtenu le Grand Prix de l'Imaginaire et le Prix Polar Michel Lebrun.

Extrait
"Le type pose un pied dans le caniveau et, quand il se lève, elle se penche comme pour lui parler et enfonce le poinçon dans son occiput. Il retombe dans son siège pendant qu'elle essuie l'arme sur son veston.
Elle glisse le poinçon dans sa manche droite et replonge dans la foule. C'est une alène très effilée de vingt centimètres, suffisamment souple pour accepter la légère courbure de sa ceinture, donc le métal conserve la mémoire de sa rigidité initiale. Une surface dure, telle qu'un os, la ferait plier et casser. Une pénétration trop vive dans une matière dense, comme un muscle contracté, aurait le même effet. Mais Naïs connaît bien l'anatomie et contrôle parfaitement la vitesse de ses mouvements."

Ailleurs
Une interview d'Ayerdhal à propose de son roman, c'est ici.
Mes Imaginaires ; Cafard Cosmique ; Monsieur Lhisbei (que je remercie de m'avoir conseillé cet auteur ^^) ; ActuSF ....



9 commentaires:

  1. Miam ! Je me souviens on l'avait acheté ensemble aux Imaginales. J'avais un peu oublié qu'il trainait dans ma PàL. Bon ben ce sera pas pour tout de suite, même si ta chronique donne bien envie.

    RépondreSupprimer
  2. Je ne lis pas de thriller mais celui ci est probablement diablement intéressant.

    Coquille sur la première ligne ? : "Je commencerai pas le plus incroyable". Tu voulais dire PAR je suppose ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui merci je corrige c'est une coquille que je fais très souvent ^^

      Supprimer
  3. Il faudra bien que je fasse connaissance avec cet auteur dont j'ai beaucoup entendu parler.
    Ce roman pourrait être un bon point d'entrée dans son univers, en tout cas tu en parles bien.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup ^^
      Cet auteur vaut vraiment le coup oui.

      Supprimer
  4. Tentant. D'autant que j'aime beaucoup cet auteur!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui hein que c'est tentant ? :p
      Je suppose que tu as lu d'autres livres de sa part alors ^^

      Supprimer
  5. Du même auteur, je te conseille "Demain, une oasis", un gros coup de poing dans la figure en ce qui me concerne, sur la "problématique" africaine vue à travers le prisme d'un récit de SF. Magistral !

    RépondreSupprimer